03 21 51 29 61 Accès bénévoles

FEERIES, PRET, PARTEZ

SAINT-LAURENT-BLANGY   Le nouveau son et lumière arrive pour six représentations.

L’ESSENTIEL

 
Éclats d’Histoire relate la grande Histoire du Nord de la France. À travers plus de 20 tableaux, les époques de la région Hauts-de-France sont retracées. Se mêleront armées romaines, soldats canadiens de Vimy, Louis XIV ou encore Jeanne d’Arc. S’ajoutent à cela les légendes d’autrefois. Faits guerriers, grandes fêtes ou encore geste de la vie quotidienne seront racontés en son et en lumière, sur près de 2 000 ans d’histoire.

Au parc d’Immercourt, les tribunes sont installées, les tours d’éclairages montées, les tentes dressées. Entre deux caquètements de poule d’eau, des coups de marteau se font encore entendre. À quelques jours de la grande première d’Éclats d’Histoire, le parc de Saint-Laurent-Blangy s’active et les dizaines de bénévoles présents sur place se pressent. Une véritable petite ruche. « On a travaillé pendant près de 18 mois » , calcule Anne Lefebvre, présidente d’Artois Culture Nature. Et l’ensemble de la grande équipe travaille encore. Place aux essais de sons et d’éclairages. Dominique Martens, le metteur en scène, et Dominic Laprise, le compositeur, ont passé leur nuit à continuer les réglages, avec quelques techniciens. Ce matin, le réveil est dur pour certains, pourtant, l’équipe technique est en permanence sur le site.

Au parc d’Immercourt, les tribunes sont installées, les tours d’éclairages montées, les tentes dressées. Entre deux caquètements de poule d’eau, des coups de marteau se font encore entendre. À quelques jours de la grande première d’Éclats d’Histoire, le parc de Saint-Laurent-Blangy s’active et les dizaines de bénévoles présents sur place se pressent. Une véritable petite ruche. « On a travaillé pendant près de 18 mois » , calcule Anne Lefebvre, présidente d’Artois Culture Nature. Et l’ensemble de la grande équipe travaille encore. Place aux essais de sons et d’éclairages. Dominique Martens, le metteur en scène, et Dominic Laprise, le compositeur, ont passé leur nuit à continuer les réglages, avec quelques techniciens. Ce matin, le réveil est dur pour certains, pourtant, l’équipe technique est en permanence sur le site.

UN VENT DE NOUVEAUTE
Il aura donc fallu deux ans de préparation pour un spectacle de 90 minutes, avec 25 tableaux et plus de 2 000 costumes sur scène. Pascale Houriez, vice-présidente et chargée – entre autres – de l’atelier couture, ne souffle pas encore. « On va faire des journées de 48 heures maintenant. J’espère que tout sera prêt… » Ses collègues acquiescent. « Bien sûr que cela sera prêt. » Louis XIV s’invite au son et lumière cette année. Pour ce, près de 50 costumes de l’époque du Roi Soleil sont à réaliser. Et comptez 50 heures de travail par costume. Pourtant, Pascale Houriez garde le sourire et le moral. « Ça ne sert plus à rien de stresser. » Pour elle et ses compagnons, revisiter les Hauts-de-France à travers les différentes époques est une superbe expérience. « C’est agréable à faire, c’est passionnant. Ça nous permet de connaître les petites histoires de la grande Histoire. » Et des anecdotes, maintenant, ils en connaissent.

« On est en plein dans le scénario, mais on ne s’imagine pas forcément les choses de la même manière que le metteur en scène. » Pascale Houriez, vice-présidente

Pour des raisons d’organisation, l’édition 2017 n’avait pas eu lieu. Mais cette année, l’association Artois Culture Nature voit les choses en grand. Un budget de 300 000 euros a été mis dans le projet, avec 70 000 euros investis dans les nouvelles technologies. Jets d’eau et feux d’artifice seront encore au rendez-vous cette année. Pour ce qui est du spectacle, « la trame ne change pas mais les histoires sont différentes. La notion de contes et légendes sera un peu plus présente » , confie Pascale Houriez. « La musique elle aussi est originale. » Tout droit venu du Canada, Dominic Laprise a composé la musique spécifiquement pour le spectacle. Pour les 400 figurants qui seront sur scène aussi, tout cela est nouveau. « On est en plein dans le scénario » , et ce depuis des mois. « Mais on ne s’imagine pas forcément les choses de la même manière que le metteur en scène se les imagine. » Pour se les imaginer concrètement, il faudra attendre la grande répétition générale, jeudi 6 août, à la veille de la première.

Spectacle à retrouver les 7-8, 14-15 et 21-22 septembre, au parc d’Immercourt de Saint-Laurent-Blangy.

Plus de renseignements au 03 21 51 29 61

SCENARIO ET COMPOSITION MUSICALE, UN TRAVAIL EN AMONT

« Un groupe de travail s’est constitué dès fin 2016 parmi les bénévoles pour réfléchir à l’opportunité et à la faisabilité d’un nouveau spectacle » , conte Dominique Martens, le metteur en scène. Le groupe propose alors des orientations, des pistes, des idées. « Ce spectacle doit être le leur. » Dominique Martens part donc des souhaits du groupe de travail puis défini cinq thèmes, aussi différents que possible. « Ils souhaitaient conserver la marque de fabrique du spectacle : le désordre chronologique, les acteurs à texte, l’humour, les scènes spectaculaires, les nouvelles technologies » , et bien d‘autres. Et parce qu’Éclats d’Histoire porte bien son nom, « j’ai ensuite fait des recherches historiques, lu de nombreux ouvrages » . Peu à peu, le metteur en scène créer un plan du spectacle. « L’ensemble de ce processus a pris plus d’une année. L’écriture en elle-même commence plus tardivement. » Mais il l’affirme, qui dit nouveau spectacle, dit gros travail à tous les niveaux. La conception de la bande sonore, des lumières, des nouveaux effets, des décors, costumes, accessoires, des machineries ou encore des chorégraphies. À quinze jours de la représentation, Dominique Martens est toutes les nuits sur le site afin de superviser les réglages des lumières et leur programmation. « Un long travail, très précis et méticuleux. » Entre-temps, il travaille avec les comédiens, les chorégraphes, la cavalerie ou les artificiers.
Il fait le point sur le son, aussi. Et cette année, les compositions – réalisées par Dominic Laprise – arrivent tout droit du Canada. Pour ces compositions inédites, Dominique Martens travaille depuis presque 30 ans avec Dominic Laprise. « Je lui décris très précisément les scènes, les images, l’ambiance » , atteste le metteur en scène. « Chaque thème abordé a son style musical, qui va de la musique baroque aux sonorités très contemporaines, en passant par le chant ou la ballade poétique. »

MARGOT PYCKAERT

 

A propos de l'auteur(e)

Vous aimerez également

Laissez un commentaire